Connaître pour mieux agir

Débouché pour les producteurs locaux, plaisir de cuisiner des produits issus du territoire pour les cuisiniers, contribution à l’économie locale pour les élus, découverte gustative pour les convives, … , l’introduction de produits locaux dans les restaurations collectives est un défi riche d’enjeux et de satisfaction.

Pour l’atteindre, des ajustements sont nécessaires pour chacun des acteurs afin qu’une collaboration satisfaisante entre les producteurs et la restauration collective se mette en place.

La première étape fut de mieux connaître les acteurs afin de proposer des actions concrètes et adaptées à ceux qui s’engagent dans cette démarche.

Connaître les restaurations collectives du territoire et leurs pratiques concernant les produits locaux

Avant de définir des actions, un diagnostic a été réalisé afin de mieux cibler les attentes et les besoins des professionnels de la restauration collective de notre territoire. Il incluait un travail de recensement des structures très utile avant la mise en œuvre d’actions concrètes.

Image intro

Dans ce but, une stagiaire a été recrutée par le Pays en 2013 pour mener une étude de l’approvisionnement local dans la restauration collective. Elle est ainsi allée à la rencontre des gestionnaires de cantines, élus, cuisiniers ainsi que des parents d’élèves. Sur les 88 restaurations collectives du Pays de Brocéliande, 57 ont été rencontrées. Ces rencontres ont permis de dresser un état des lieux de l’approvisionnement local en restauration collective et d’identifier les freins et opportunités.

L’objectif était d’aboutir à des propositions concrètes d’actions à mettre en œuvre en année 2. 14 pistes d’actions ont été proposées et discutées.

Vous trouverez ici le support de la présentation finale du diagnostic.

pomme

Faire connaître et discuter les enjeux

En parallèle de ce diagnostic, une table-ronde sur la thématique « approvisionnement local et restauration collective » avec plusieurs témoignages a été organisée en mai 2013 .

L’ouverture de la table-ronde a permis de situer les enjeux de la restauration collective sur le Pays de Brocéliande. Les échanges se sont ensuite développés autour des témoignages de différents acteurs.

Ainsi, un cuisinier-responsable du restaurant scolaire de Monterfil et Madame le Maire de la commune ont pu témoigner de leur choix d’introduire des produits locaux dans la cuisine scolaire et de leur pratique au quotidien. La cuisinière du CPIE a également décrit sa pratique des produits locaux, qui constituent une large part des repas servis au centre d’accueil. Enfin, le témoignage d’un producteur de porcs à Saint-Pern qui livre des restaurations collectives à travers la plateforme Manger bio 35 a apporté la vision du fournisseur pour compléter l’approche de cette thém??????????atique. Une des responsables de la plateforme de distribution Le Lien Gourmand, présente dans la salle, est également intervenue.

Les échanges ont abordé des problématiques précises telles que le mode de fonctionnement avec des produits locaux, les aliments les plus aisés à introduire et les difficultés rencontrées, le coût matière des repas ou encore le rôle d’initiateur des politiques.

 

pomme